massage laval

LES EFFETS SOIGNANTS DU MASSAGE

massage soignant

Depuis la nuit des temps, toutes les civilisations ont vanté les bienfaits du massage. On trouve des écrits remontant aux civilisations égyptienne, grecque et romaine. A vocation hygiénique tout d’abord, on a rapidement constaté ses effets thérapeutiques. Le massage permet de diminuer les tensions musculaires, de soulager les douleurs en améliorant la qualité de la circulation du sang, de prévenir les accidents en accélérant la régénération des tissus, en augmentant les échanges dans le corps et en stimulant l’élimination des toxines, ou de guérir. En accélérant la circulation de la lymphe, il augmente les capacités du système immunitaire. Aujourd’hui, le massage devient à la fois instrument de guérison et de développement personnel.

Gros plan sur ses effets.

Le massage est un contact avec la peau. Penchons-nous alors sur la peau et sur la définition qu’en donne le Larousse. « il s’agit de l’organe constituant le revêtement supérieur du corps de l’homme et des animaux. Elle est constituée de trois tissus superposés, l’épiderme, le derme et l’hypoderme. Le derme contient les récepteurs sensoriels sensibles à la pression ou à la température, ainsi que les fibres nerveuses dont l’activation produit la douleur. »

Quelques principes généraux

La stimulation de la circulation capillaire périphérique par friction de la peau entraîne une augmentation de la température cutanée. Celui-ci provoque une augmentation du métabolisme et des échanges cellulaires, une oxygénation des tissus. L’accroissement de la température cutanée améliore la réceptivité de la peau, stimule la circulation capillaire périphérique et assouplit l’épiderme.

La modification de la perméabilité cellulaire favorise les échanges cellulaires et donc la pénétration accrue de principes actifs.

A travers la stimulation cellulaire qu’il provoque, le massage a également un effet de régénération tissulaire par effet trophique des vibrations.

La mobilisation de tissus sous-jacents, créant un brassage tissulaire, favorise les échanges tissulaires et entraîne une meilleure oxygénation des tissus.

Il a également une action antalgique par stimulation des récepteurs intradermiques et hypodermiques.

Sur le système vasculaire et lymphatique, il agit en faveur de la circulation lymphatique et du retour veineux, provoque une stimulation artérielle vaso-tonique, ainsi qu’une vasodilatation périphérique.

Sur les muscles, il a une action décongestionnant, vasomotrice, et de drainage superficiel et profond des masses musculaires. Il élimine les toxines par son action trophique.

Le massage est tonifiant :

Le massage tonifiant apporte des éléments pour que le muscle soit plus tonique car il bénéficiera de plus d’éléments nutritifs. C’est la douche à l’eau froide. Il faut choquer le tissu pour le réveiller. C’est notamment le rôle des percussions qui vont tonifier les tissus et notamment les muscles. En leur apportant plus d’éléments nutritifs, les percussions leur permettront de travailler plus facilement ensuite.

En contractant régulièrement et fortement la cellule musculaire, il la stimulera. Celle-ci absorbera les matériaux nutritifs acheminés par le sang, qu’elle transformera alors afin d’assurer son développement. Sa stimulation par le massage fera également qu’elle éliminera plus aisément déchets et surplus.,

Si l’activité est inexistante, les muscles perdent leur force et des oedèmes peuvent apparaître, conséquences de la stagnation des liquides dans les espaces intercellulaires. Le massage favorise le brassage des liquides intérieurs et stimule ainsi l’activité intramusculaire.

Il est décontractant, reposant

Le même massage, mais effectué de manière plus lente sera décontractant car il favorisera le relâchement. Moins appuyé et plus lent, il va endormir le tissus et c’est l’ensemble du corps qui s’en trouvera détendu et qui ressentira une sensation de relâchement.

Cet effet reposant et décongestionnant est obtenu car le massage hâte la remise en état du milieu intérieur qui est perturbé par l’élimination des déchets toxiques issus, entre autres, de l’oxydation des matériaux alimentaires ou du fonctionnement des muscles.

En multipliant, grâce à des frictions douces, les impressions de contact, on épuise la faculté de percevoir des terminaisons nerveuses. La friction manuelle douce a donc un effet calmant, sédatif.

Il est amincissant

La circulation de retour, si elle est améliorée peut très directement faire mincir car s’il y a quelques déchets que l’on permet d’évacuer, c’est toujours mieux que s’ils stagnaient là et se transformaient un jour en graisse.

Il est antalgique

Il a également une action antalgique par stimulations des récepteurs intradermiques et hypodermiques. Jean-Michel Lardry a écrit dans kiné actualité (N°866 du 26 septembre 2002) que « selon l’état des tissus cutané et sous-cutané, le massage agirait par action circulatoire locale décongestion profonde liée à la vasodilatation superficielle et par libération des adhérences ». Selon lui, « le massage permet ainsi, à titre préventif ou curatif, d’améliorer l’état des tissus cutané et sous-cutané et d’interrompre le cercle vicieux douloureux.

Il peut également avoir une action sur le système nerveux et supprimer la douleur, c’est la théorie du « gate control system » ou contrôle segmentaire local. Le massage peut déclencher des stimulations qui mettront en jeu le contrôle segmentaire local, à condition d’utiliser des manœuvres superficielles, douces, mesurées, parfaitement adaptées à la sensibilité du sujet massé. Selon la théorie de la « contre irritation » ou contrôle segmentaire central, la stimulation centrale provoquerait la libération d’endorphines et de sérotonine qui ont une action inhibitrice. Ainsi, un massage appuyé appliqué à distance de la région malade pourrait provoquer l’antalgie par la mise en jeu du contrôle segmentaire central. Le massage réduirait la sensibilité superficielle par action mécanique simple sur les terminaisons nerveuses et élèverait ainsi le seuil de la douleur.

Par son cation sur le système nerveux végétatif parasympathique, le massage entraîne une relaxation passive qui induirait l’antalgie.

Il a une action relationnelle et psychologique, le contact manuel de la zone douloureuse jouant incontestablement un rôle bienfaisant.

Une étude a montré que les produits neutres, c’est-à-dire sans effet thérapeutique reconnu, qui utilisent des substances engendrant une sensation de chaud étaient jugés efficaces sur la douleur.

De même, la pénétration des huiles essentielles par massage a montré que certains constituants de ces huiles peuvent être détectés dans le sang et dans les muscles. Les huiles essentielles conseillées en cas de douleur sont le basilic, le camphre, l’eucalyptus citronné, le laurier noble, la menthe poivrée, le muscadier et le thym.

Des contre-indications

Il y a aussi des contre-indications importantes. Il convient de ne pas utiliser le massage sur les inflammations sévères, sur les régions hémorragiques, sur les lésions de la peau, sur les lésions malignes et en cas de thromboses

 

massage paris massage

Massages :

Divers :

Lutte erotique :

Lexique :

Massage naturiste, body body, relaxation, érotisme sur massage-laval.fr / contact webmaster
2011  © XavFun